Jujutsu Kaisen : 10 façons dont la série rend hommage à la culture japonai

Sommaire

    En combinant des éléments de la culture japonaise, anciens et nouveaux, Jujutsu Kaisen est un hommage décalé à cet archipel bien-aimé.

    Jujutsu Kaisen, qui entre maintenant dans la deuxième moitié de son cycle de diffusion, est toujours extrêmement populaire. La série reste à parts égales sombre et amusante et mélange magistralement les tropes classiques du shonen avec des motifs d'horreur pour créer un monde qui est vraiment fascinant. Les personnages principaux sont charmants, les personnages secondaires sont excentriques et les excellentes scènes d'action qui font la fierté de MAPPA ne manquent pas.

    Au-delà de cela, Jujutsu Kaisen est vraiment une série qui ne peut être que japonaise. De nombreux aspects qui donnent à la série son identité rendent hommage à la vie et aux traditions du Japon, et il est impossible d'imaginer que cette série se déroule ailleurs. 

    10.  La séquence "Welcome To Tokyo ! montre l'importance de la région

    tokyo jujutsu kaisenLa fascination pour Tokyo est autant régionale qu'internationale. Le Japon n'est pas le plus grand pays, mais de nombreux citoyens de la campagne, et en particulier ceux qui vivent à Hokkaido ou à Kyushu, vivent à plusieurs heures de la ville la plus densément peuplée du monde. Même en train à grande vitesse, se rendre à Tokyo n'est pas une mince affaire.

    L'excitation de Yuji et Nobara est tout à fait normale, surtout lorsqu'il s'agit de visiter Harajuku, la tour de Tokyo et d'autres points d'intérêt. Comme la ville de New York pour de nombreux Américains, Tokyo l'est pour de nombreux Japonais : une ville qui est aussi un symbole de l'identité nationale.

    9.  Utiliser des temples comme écoles est historiquement exact au Japon.

    ecole exorcisme de tokyoL'école d'Exorcisme de Tokyo se présente comme un temple bouddhiste, et il est loin d'être le premier temple à accueillir des étudiants. Il y a plusieurs siècles, pendant la période Edo, les roturiers recevaient parfois une éducation privée dispensée par des terakoya, ou écoles de temple.

    Ces écoles, souvent dirigées par des prêtres bouddhistes et même des samouraïs, étaient populaires avant que l'enseignement public ne devienne le moyen le plus courant d'éduquer les masses. Il existe un précédent important qui désigne les temples comme des lieux d'apprentissage.

    8.  Le manga explore la querelle entre Kyoto et Tokyo avec ses élèves.

    Jujutsu kaisen Todo MaiLa rivalité classique entre les régions du Kansai et du Kanto au Japon est tristement célèbre. Le Kansai abrite Osaka, où les gens sont réputés être plus amicaux et la nourriture plus savoureuse, tandis que le Kanto abrite Tokyo, où les gens sont réputés être plus réservés et professionnels.

    Jujutsu Kaisen oppose très délibérément des étudiants de ces deux régions lors du tournoi entre Tokyo Tech et Kyoto Tech. Les téléspectateurs japonais savent bien qu'il y a du poids derrière cette querelle, et cela ajoute un peu plus de piment à l'action.

    7.  La série décrit fidèlement les funérailles shintoïstes.

    Jujutsu kaisen funeraillesCertains fans affirment que Jujutsu Kaisen est l'une de ces perles rares : un anime qui améliore son matériau d'origine. Un exemple de cela se manifeste dans les délicats clins d'œil de MAPPA à la tradition Shinto. Après la mort de son grand-père, le public voit Yuji utiliser des baguettes pour ramasser les os des cendres.
    Dans une série si pleine de monstres et de scènes de combat irréelles, des moments calmes comme celui-ci ancrent le public dans une réalité qui n'est que trop familière aux familles qui ont déjà assisté à de telles cérémonies. La mort est universelle, et bien trop réelle.

    6.  Les scènes de possession spirituelle respectent la vision orientale de la vie après la mort.

    Jujutsu kaisen itadoriLes possessions sont un thème courant dans les anime, que l'on retrouve dans tous les genres, de Naruto à Parasite. Mais alors que les cultures occidentales et judéo-chrétiennes font souvent une fixation sur l'idée de chasser les esprits une fois qu'ils ont pris racine, dans une grande partie du folklore japonais, les vaisseaux tentent souvent de vivre avec leurs hôtes plutôt que de les chasser. Naruto doit apprendre à vivre avec Kurama en lui, et Kyo de Fruits Basket doit faire face aux inconvénients d'héberger un chat-démon.

    Fondamentalement, les traditions japonaises sont davantage axées sur la prévention et la purification. Porter des charmes pour se protéger ou pour bien réussir dans la vie, se laver les mains avant d'entrer dans un temple, sceller les récipients pour empêcher les malédictions de s'échapper : ces pratiques ne sont pas rares, même aujourd'hui. D'une certaine manière, l'approche de Gojo face à la "possession" de Yuji correspond à ce principe. Plutôt que d'arracher le monstre, Yuji doit apprendre à faire face à Sukuna.

    5.  La série explore l'idée du salarié, un rôle unique au Japon dans la société.

    nanami salarymanNanami est l'un des meilleurs personnages de Jujutsu Kaisen, en grande partie parce qu'il subvertit un rôle familier de la société japonaise. Les "salary men" sont un phénomène typiquement japonais dans le monde des affaires, décrits comme des citadins qui occupent les mêmes emplois de cols blancs pendant des décennies, donnant chaque once d'eux-mêmes à leur entreprise.

    Cette loyauté est parfois malsaine, et les salariés sont connus pour se réunir dans les izakayas et les salons de karaoké pour boire et oublier leurs malheurs. Nanami choisit plutôt d'abandonner son entreprise pour retourner à ses racines en tant qu'exorciste, mais son professionnalisme brutal reste un trait de caractère déterminant.

    4.  La série accorde un niveau d'importance réaliste aux clubs extrascolaires.

    Jujutsu kaisen club occulteLe lycée n'est pas obligatoire au Japon, mais pour les élèves qui s'inscrivent, la participation à des clubs après l'école est généralement une obligation. Ces clubs sont destinés à aider les élèves à se forger un caractère et à apprendre l'étiquette sociale. Dans Jujutsu Kaisen, comme dans d'innombrables autres anime, Yuji et ses camarades de classe font partie d'un club occulte.

    Il est difficile de déterminer avec exactitude la fréquence de ces clubs dans la réalité, mais comme les élèves peuvent créer leurs propres clubs avec suffisamment de membres et l'approbation du personnel, il y en a forcément. En fait, c'est peut-être le genre de club que l'anime a permis de créer au fil des ans. 

    3.  La série est fidèle dans son exploration de la mythologie Yokai et du Sukuna.

    Sukuna Jujutsu kaisenJujutsu Kaisen emprunte beaucoup au folklore yokai, comme en témoignent les diverses représentations de monstres et d'esprits que la série nous a livrées jusqu'à présent. Mais les origines de Sukuna ne sont pas nécessairement liées. Selon certaines sources, il s'agit d'une créature de légende, un démon à deux visages et quatre bras. Selon d'autres, il était un véritable héros et leader de la région de Hida. Il peut avoir été les deux ou aucun des deux.

    Les histoires ont généralement présenté Sukuna comme ayant littéralement ou métaphoriquement deux visages. La dualité est un thème important de l'anime, qui devrait se poursuivre. Après tout, les gens ont des visages différents selon les occasions.

    2.  La série explore les territoires et le bouddhisme.

    bouddhisme jujutsu kaisenDans Jujutsu Kaisen, les personnages puissants créent des "Territoires" qui sont essentiellement des petits mondes contenus en eux-mêmes. Ces domaines peuvent être étendus pour en contenir d'autres, et nombre des scènes de combat les plus créatives et les plus violentes de la série se déroulent dans ces limites.

    L'idée que chaque personne possède un monde intérieur qu'elle a le pouvoir de contrôler est courante dans le bouddhisme. La pleine conscience dans la méditation exige que l'on se connaisse soi-même. La plupart des gens connaissent les proverbes décrivant le corps comme un temple. Dans Jujutsu Kaisen, cette description est parfois prise au pied de la lettre et le terme "manifester" prend un tout autre sens.

    1.  Le manga accorde une grande importance aux repas partagés et à la socialisation.

    jujutsu kaisen diner junpeiS'il est vrai que la plupart des cultures reconnaissent l'importance de partager des repas avec d'autres personnes, au Japon, cette pratique est particulièrement vitale. Le nomikai fait référence à l'aspect social du partage de repas ou de boissons avec des pairs après le travail, et il est considéré comme une exigence sociale. Pour les étudiants, ces rassemblements sont des événements tapageurs connus sous le nom de konpa. Pour les plus jeunes, comme les personnages comme Yuji et Junpei, ce type de lien est encore très apprécié.

    Inviter quelqu'un à partager un repas est souvent une offre d'amitié, et inviter quelqu'un à manger chez soi est un signe de confiance. Comme une grande partie de la société japonaise fonctionne selon des règles sociales tacites, il est probable que le fait que Yuji mange chez Junpei ait une réelle signification pour les deux personnages.


    Articles récents